top of page
Rechercher

Quelles nourritures éviter quand on allaite ?

Parce qu’elle contribue à la santé de la mère et de l’enfant, l’alimentation pendant l’allaitement est souvent source d’interrogations et d’inquiétudes auprès de jeunes parents. Si un régime alimentaire parfait n’est pas requis, il reste capital d’opter pour une alimentation saine et équilibrée afin de rétablir vos réserves nutritionnelles après l’accouchement et de pallier un épuisement. Dans la mesure où ce que vous consommez sera transmis au bébé à travers le lait maternel, voici quelques nourritures à éviter lorsque vous allaitez.


Allaitement : Quels aliments faut-il éviter ?

Le lait maternel comporte les éléments nutritifs essentiels au développement du bébé. Si vous optez pour ce mode de nutrition, certains aliments ou substances sont à proscrire pour le bien-être du nourrisson.



séance photo maman et bébé


Les poissons gras ou fruits de mer

Précisons de prime abord qu’il est possible de consommer des aliments qui étaient déconseillés durant la grossesse à l’instar du saumon fumé. Toutefois, certains aliments restent peu indiqués parce que potentiellement nocifs pour le bébé. Il s’agit notamment de poissons gras et autres fruits de mer, connus pour absorber davantage de polluants tels le mercure ou les dioxines, dangereux pour la santé de l’enfant.

Parmi les poissons et fruits de mer généralement peu conseillés, l’on retrouve :

·       du thon frais ou congelé, dont votre consommation mensuelle ne devrait pas excéder 150 g

·       de la truite grise ou du touladi

·       l’espadon

·       du thon blanc en conserve avec une consommation hebdomadaire qu’il est conseillé de réduire à 300g

·       le caviar

·       le foie de poisson

·       du maquereau roi

·       du requin

·       du brochet

·       de l’achigan

Consommés en quantité trop importante, ces aliments à teneur en mercure pourraient affecter la croissance du système nerveux de l’enfant. Le site de L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) dresse à ce titre une liste de poissons présentant une forte exposition au méthylmercure. En revanche vous pouvez venir profiter d'une séance photo calme, reposante et pleine de joie ici.


Les tisanes ou plats à base de sauge

Certains aliments ou plantes sont généralement susceptibles de diminuer la production de lait maternel et sont donc à éviter pendant l’allaitement. Il s’agit notamment de la sauge, une plante qui est d’ailleurs plébiscitée pour freiner la sécrétion lactée lors du sevrage de l’allaitement. Gardez-vous donc de consommer des tisanes à base de sauge en quantité importante lorsque vous nourrissez le bébé au sein. Au même titre que la sauge, voici des plantes à proscrire, particulièrement au début de l’allaitement :

·       le persil

·       l’oseille

·       la menthe

Contrairement aux plantes susmentionnées, certains aliments ou plantes sont à privilégier compte tenu de leur propriété galactogène, ce qui signifie qu’ils encouragent la lactation. Il s’agit notamment du fenouil, des noix de cajou, du malt ou encore des amandes. Bien qu’ils soient anti galactogènes, le persil et la menthe ne sont pas formellement déconseillés. Il est possible d’en consommer avec parcimonie.


Les boissons à base de caféine et l’alcool

Il est conseillé de consommer avec prudence les boissons énergisantes avec prudence en ce qu’elles renferment de la caféine et autres substances nocives pour le bébé. Parce que la caféine passe dans le lait maternel, une consommation démesurée de ces boissons pourrait rendre l’enfant irritable, nerveux et difficile à endormir. Réduisez donc à 300 mg votre consommation journalière de breuvages renfermant cette substance.

Contrairement aux idées reçues, il est possible de consommer de l’alcool pendant l’allaitement à condition de faire preuve de prudence. Une consommation occasionnelle ou régulière, mais en faible proportion ne semble pas préjudiciable à l’enfant. Parce que l’alcool n’est éliminé du lait maternel qu’au bout de 2 ou 3 heures, il est préférable d’attendre 2 ou 3 heures avant la prochaine tétée. Autrement, allaitez votre bébé avant la prise d’une boisson renfermant de l’alcool.

Concrètement, voici quelques breuvages à éviter ou à consommer avec modération pendant l’allaitement :

·       la caféine 

·       le thé

·       la théobromine, présente dans du chocolat

·       les sodas trop riches en sucre

Gardez-vous de consommer plus de 3 tasses de café ou de thé par jour. L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) recommande d’ailleurs de ne prendre que 2 à 3 tasses de café par jour. D’autre part, Alcool Infos Services recommande de restreindre à un ou deux verres tout au plus la consommation d’alcool, une à deux fois par semaine.





Les autres aliments et substances à éviter lorsqu’on allaite

Rappelons de prime abord qu’il n’existe pas de mets radicalement prohibé pendant la période d’allaitement. Il est possible de consommer les boissons et aliments mentionnés plus haut avec une grande prudence. Au-delà de ces nourritures, voici une liste d’aliments et de substances à prohiber au cours de l’allaitement maternel :  

·       les aliments à forte odeur, susceptibles de modifier le goût du lait maternel

·       le soja ainsi que les mets qui en renferment

·       les aliments potentiellement allergènes (arachides, lait de vache…)

·       les boissons à forte teneur en sucre ou en édulcorant

·       les viandes crues ou peu cuites

·       les aliments gras de type « fast food »

Gardez-vous enfin de consommer du cannabis, substance tendant à perturber le développement cognitif du bébé et un retard de croissance chez ce dernier.


Quels conseils pour une alimentation saine pendant l’allaitement ?

L’adoption d’une alimentation saine et équilibrée est un gage de bien-être du bébé pendant la période où vous le nourrissez au sein. De ce fait, il convient de prendre en considération certaines recommandations.


Faites le choix d’une alimentation diversifiée

Afin de combler vos besoins nutritionnels, mais aussi ceux du bébé, il est conseillé de consommer une variété d’aliments de tous les groupes alimentaires. Pensez à incorporer à votre régime alimentaire des indispensables tels que :

·       des fruits riches en vitamine C, en potassium ou en fibres (oranges, pamplemousse, fraise, bananes, melon, abricot…)

·       des légumes riches en calcium, en fibres ou en vitamine A : chou chinois, aubergines, poivrons, potirons, carottes, épinards…)

·       des céréales complètes (quinoa, riz brun, sarrasin, pain complet…)

·       des sources de protéines tels les viandes maigres (poulet, dinde, bœuf) ou les produits laitiers avec modération (lait, fromage, yaourt)  

Privilégiez en outre des matières grasses saines pour un développement du système nerveux ainsi que du cerveau de l’enfant. Pensez par exemple aux fruits à coque et graines, aux huiles végétales à l’instar de l’huile de colza ou d’olive.


Misez sur des collations saines

Dans le but de préserver votre niveau d’énergie et votre niveau de sucre dans le sang entre les repas, il est conseillé de prendre des collations saines. Cette démarche permet également de satisfaire les besoins nutritionnels croissants durant la période d’allaitement. Intégrez donc à votre quotidien des collations saines dont :

·       du pain complet avec du beurre de cacahuètes

·       des légumes frais (carottes, concombres, tomates cerises…)

·       des smoothies maison

Pour une sensation de satiété, optez pour des collations riches en fibres et en protéines. Évitez enfin des collations à forte teneur en sucre ajouté ou en graisses saturées.


Quels autres conseils prendre en compte pendant l’allaitement ?

Une alimentation saine, équilibrée et bénéfique pour la santé du bébé passe en outre par l’adoption de certains réflexes et suggestions :

·       buvez suffisamment d’eau, environ 2 litres au quotidien pour une production optimale de lait maternel

·       soyez à l’écoute des besoins de votre corps et nourrissez-vous à chaque sensation de faim

·       consultez un professionnel de santé lorsque vous éprouvez un état récurrent de fatigue ou de faiblesse

·       gardez à l’esprit que votre corps a besoin de calories supplémentaires afin de produire une quantité suffisante de lait maternel d’où l’importance de manger à votre faim

Dans le cas où vous êtes en proie à des inquiétudes quant à l’alimentation à adopter, demandez l’avis d’un professionnel de la santé. Vous obtiendrez ainsi des conseils personnalisés, en phase avec vos besoins, ainsi que ceux du bébé.


Vous en savez à présent un peu plus sur les aliments à éviter ou à consommer avec prudence lorsque vous allaitez. Rappelons qu’un mode de vie sain, couplé aux conseils évoqués dans ce billet garantissent à votre bébé un lait maternel de qualité et une bonne croissance. Notez pour finir que chaque grossesse étant unique, la réaction aux aliments peut varier d’un bébé à un autre. Pensez donc à consulter un médecin ou un diététicien si votre enfant manifeste des signes d’intolérance alimentaire face à un mets en particulier.

7 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page