Rechercher

Pourquoi bébé pleure-t-il ?

Parce qu’ils ne sont pas encore en mesure de parler, les bébés expriment par les pleurs leur mal-être ou des besoins vitaux. Si ces cris suscitent du stress chez les parents, ils représentent pour l’enfant un moyen de communication de ses malaises. Il convient donc de décrypter les pleurs du bébé afin de mieux répondre à ses besoins. Voici quelques pistes pour vous aider à déceler les principales raisons des pleurs chez votre petit ange.


La faim ou la soif

La faim compte parmi les motifs les plus fréquents cachés derrière les larmes du nourrisson. Lors des 3 premiers mois, ce besoin physiologique s’exprime chez l’enfant environ toutes les 3 heures. Un bébé affamé émettra un cri strident suivi d’un court laps d’inspiration pour reprendre à nouveau de manière continue.

S’il n’est pas satisfait, l’enfant s'agite et produit des cris encore plus intenses. Pensez donc à nourrir votre trésor dès qu’il en exprime le besoin. Face aux cris stridents, prenez calmement l’enfant dans vos bras, apaisez-le par vos mots puis donnez-lui le sein ou le biberon. Si ce dernier pleure juste après un repas, assurez-vous qu’il soit vraiment rassasié.





Une température corporelle chaude ou froide

Votre bébé exprimera par des pleurs son sentiment d’inconfort, particulièrement lorsqu’il a chaud ou froid. Pour vérifier si l’enfant ressent un froid intense, touchez les extrémités de son corps (mains ou pieds). D’autre part, vous remarquerez que votre petit ange ressent une chaleur excessive à travers sa transpiration ou encore en glissant le doigt dans son cou. Dans l’un ou l’autre des cas, soulagez le bébé de cet inconfort en retirant ou en ajoutant une couche de vêtements à sa tenue. Aussi, offrez-lui de l’eau en cas de chaleur intensive et le sein ou un biberon chaud durant une période de froid intense.





Les coliques

Votre bébé pleure de manière intense, émet des cris stridents souvent en soirée, se cambre et plie les genoux vers l’abdomen tout en serrant les poings ? Ces symptômes traduisent généralement un mal-être dû aux coliques. Il s’agit de maux abdominaux nés de la difficulté du système digestif du bébé à assimiler le lactose. Comme conséquence, l’enfant se sent ballonné, se tord, émet des gaz et ressent des douleurs spasmodiques.

Pour nombre de pédiatres, un nourrisson qui pleure 3 jours par semaine et 3 heures d’affilée est sujet aux coliques. Afin d’apaiser votre trésor, massez légèrement son ventre du plat de votre main et effectuez de larges mouvements circulaires autour de son nombril. Les risques de coliques disparaissent communément après les 3 premiers mois et n’influent aucunement sur la croissance de l’enfant.





Le besoin de repos

Si votre bébé pleure davantage dans un environnement bruyant ou agité, cela peut provenir de sa difficulté à trouver le sommeil. Paradoxalement, plus l’enfant ressent de la fatigue, plus il lui sera difficile de s’endormir. Outre les larmes, vous pourrez repérer le besoin de sommeil chez l’enfant à travers son agitation, le frottement de ses yeux ou oreilles, les bâillements ou encore son humeur bougonne. Dans ces cas, veuillez observer les recommandations suivantes :

· couchez l’enfant sur le dos et assurez-vous qu’il soit à son aise

· veillez à ce que la température de la pièce du tout-petit soit comprise entre 18 et 20°C

· portez une gigoteuse à l’enfant pour éviter les coups de froid

Une fois que vous aurez appréhendé approximativement le rythme quotidien de votre trésor, gardez-vous d’effectuer des sorties ensemble à ses heures de repos.


Une couche souillée

Une couche sale peut constituer un motif de crise chez les tout-petits d’autant plus que certains enfants sont particulièrement hostiles à la sensation d’humidité. Pour y remédier, il suffit de changer votre petit ange. Prenez donc le soin de vérifier en premier l’état de sa couche lorsque l’enfant pleure. Notez que les couches souillées et l’humidité constituent les principaux facteurs d’un érythème fessier. Palliez donc cette irritation des fesses du bébé à travers une hygiène appropriée.


La tension accumulée la journée

Bon nombre de parents ont déjà fait face aux pleurs récurrents du nouveau-né en soirée aux alentours de 18 heures. Ce phénomène communément appelé le « blues du soir » peut trouver sa cause en une multitude de facteurs :

· la peur de l’obscurité

· la fatigue

· le cumul de tension

Il est en effet reconnu que les tout-petits ressentent la tension, la fatigue ou le stress de leurs parents, en particulier de la maman. Plusieurs études établissent à ce titre une relation entre le degré de stress de la maman et les pleurs du bébé. Pour épargner l’enfant de votre angoisse, demandez de l’aide à votre partenaire ou une tierce personne proche pour quelques heures de baby-sitting. Cette suggestion prend une importance capitale pour les nouvelles mamans sujettes à la dépression post-partum.



séance photo smash the cake


La peur de la séparation

Parce que les enfants ont un besoin naturel de rester proches de leurs parents, toute éventuelle séparation suscitera une crise chez eux. Ce sentiment s’accentue vers le 8ème mois du bébé et porte la désignation d’angoisse de séparation. Lors de cette phase, l’enfant craint que tout objet ou personne quittant son champ de vision n'apparaîtra plus. Cette inquiétude peut se manifester jusqu’au 18ème à travers des pleurs. Voici quelques conseils pour mieux vivre et gérer l’angoisse de séparation :

· ne quittez pas le tout-petit lorsqu’il détourne son regard

· expliquez à l’enfant les raisons de votre départ même s’il semble ne pas y prêter attention

· évitez de forcer les tout-petits à rester dans les bras d’une tierce personne

Aussi, lorsque vous êtes occupés à une tâche, laissez au bébé des livres ou jouets pour son divertissement et l’acquisition d’une autonomie progressive.


Une maladie

Bien entendu, un bébé en mauvais état de santé exprimera son mal à travers des cris aigus et difficiles à calmer. Veuillez donc vérifier sa température corporelle et vous assurer qu’il ne présente pas de fièvre. Prenez également rendez-vous chez un médecin afin de déceler la cause des pleurs du bébé. Il peut notamment s’agir d’une otite, d’une congestion nasale, de lésions cutanées, de reflux gastro-œsophagien ou d’une poussée dentaire.


Quelles autres raisons poussent bébé à pleurer ?

Au-delà des motifs susmentionnés, il existe bien d’autres raisons qui pousseraient votre petit ange à pleurer telles que :

· le besoin de calme face à un excès de stimulation, décelable lorsque l’enfant détourne continuellement le regard avec un air égaré

· l’incommodité due aux tenues trop serrées, une sensation reconnaissable à travers les petits sanglots insistants et récurrents

· l’inconfort né d’une mauvaise posture pendant l’allaitement le biberon

· le sentiment de peur, souvent manifesté par des hurlements

Notez enfin que les bébés ont naturellement besoin de stimulation et de contact. Ils peuvent donc exprimer par des crises leur envie d’être câlinés et portés dans les bras de leurs parents. Apportez donc à votre enfant tout le réconfort nécessaire et des jouets adaptés à son âge tel un hochet.

Vous l’aurez compris, il est rare qu’un bébé pleure sans raison, encore moins par simple caprice. Les raisons évoquées plus haut vous aideront à mieux appréhender les besoins ou inconforts de votre petit ange. Si vous ignorez le motif des cris de l’enfant, portez-le dans vos bras et réconfortez-le. Même si ses cris portent toujours, ce dernier se sentira écouté et accompagné.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout